Créer un site internet

Cartes postales anciennes de Rennes

 

Maison centrale rennes

 

LA PRISON DES FEMMES

 

DE RENNES

 

ou

 

histoire de la Maison Centrale

 

de Force et de Correction

Jusqu'au 19ème siècle, il n'existait en France aucune prison spécifique destinée aux femmes. Ces dernières se trouvaient dans des prisons d'hommes, incarcérées dans des conditions épouvantables d'hygiène et de mitoyenneté. En 1860, Napoléon III décide d'établir un centre réservé uniquement aux femmes, ce sera Rennes, en Bretagne.

Conçu pour accueillir de lourdes peines venues de toute la France, l'établissement pénitentiaire est édifié en pleine campagne, à côté de la ville, sur le plateau de Beaumont. Les travaux durent de 1863 à 1869, sous la direction de l'architecte Alfred-Nicolas Normand assisté du rennais Charles Louis Langlois. A partir de 1870, les soeurs de la congrégation de Marie-Joseph sont chargées de la surveillance des détenues. Vingt religieuses vivent en permanence dans la "Maison Centrale de Force et de Correction". Après les lois de séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905, la surveillance est ensuite confiée à des gardiens laïcs.

La prison, conçue à l'origine pour accueillir 900 femmes, n'en accueillera jamais plus de la moitié. Encadrée d'un kilomètre de murs sous la forme d'un carré, elle comprend au centre la prison proprement dite, de forme hexagonale, mais également une chapelle, des logements pour le personnel, des jardins qui ne sont pas sans rappeler le cloître d'un couvent et des bâtiments annexes : cuisines, boulangerie, buanderie, blanchisserie, infirmerie, ateliers, bibliothèque, salle de spectacle, matériel, locaux administratifs, nurserie.

 

*

 

Prison a la campagne photo prise depuis un ballon

photo prise fin 19ème siècle depuis un ballon dirigeable

Aerienne2

photo aérienne google earth aujourd'hui

Exterieurextérieur, rue de Châtillon

Portail chatillon   le portail d'entrée

Exterieur cour d entree

des bâtiments en U délimitent la cour d'entrée intérieure

Cour d entree

la cour d'entrée, interdite aux détenues

Cour d entree promenoir

le promenoir, cour intérieure de l'hexagone, avec jardin, allées et fontaine

Cour interieure promenade detenues

en blanc les détenues, en noir les religieuses

Dortoir

un dortoir

Refectoire

le réfectoire.

Cuisine

les cuisines

Pretoire

le prétoire où ont lieu les commissions de discipline

Parloir

le parloir, les gardiennes circulent dans l'espace du milieu

13

la chapelle

Batiments annexes et jardins

bâtiments annexes et jardins entretenus par les prisonnières

Costumes detenues rennescostumes de détenues

Enfants en prisonles enfants nés en prison peuvent rester avec leurs mères jusqu'à l'âge de 4 ans

Les mères sont dispensées du port du costume

 

 

Au 20ème siècle, après le départ des religieuses, le système pénitentiaire se modifie. Des surveillants hommes encadrent le gardiennage. Seules les tâches de proximité sont confiées à des gardiennnes. Les vues suivantes le montrent.

Au premier plan poste de surveillance

poste de surveillance au premier plan

Gardien sous les colonnes

gardien en poste près des colonnes

Surveillant

 

 

Quelques détenues célèbres de la maison centrale de Rennes :

 

Therese humbert

1903 Thérèse Humbert

Soeurs papin1933 les soeurs Papin

Violette noziere

1933 Violette Nozière

Marie besnard

1948 Marie Besnard

Terriel

1978 Jeannine Terriel

Valerie subra

1984 Valérie Subra

Florence rey

1994 Florence Rey

 

 

*

site créé par Philippe Saint-Marc

passeur de mémoire

Psmpatrimoine de la ville de Rennes

 

*

 

.

Vous êtes le 71866ème visiteur